Il y a une région au nord du Maroc où de grandes plantations de marijuana se développent. Ces champs s’étendent sur près de 40 km2. Pour y aller, il faut marcher pendant un moment ou bien savoir exactement comment y aller en voiture. C’est une zone pauvre et oubliée du Maroc et le gouvernement essai actuellement de freiner cette production qui semble être l’unique source de revenu de beaucoup de gens de la région. Quand je parle de pauvreté, je veux dire vraiment une grande pauvreté.

Ce qui est intéressant c’est que l’on peut voir sur place des familles qui s’amuse dans la rivière, on dirait un pique-nique de dimanche en famille. Mais c’est en faites un champ de cannabis. C’est donc tout à fait normal pour les locaux d’aller là bas passer une journée dans la Nature.

Il semble qu’il existe une vieille loi qui permettrai la culture de l’herbe, mais seulement dans une zone. Cette culture est donc interdite dans d’autres zones et dans tout le Maroc. C’est une loi d’un ancien roi qui ne peut pas être révoquée par les rois le succèdent. La solution est d’offrir de meilleures conditions de vie aux populations, d’arrêter les trafiquants et d’en finir avec cette « industrie » au fur et à mesure. C’est une des priorités européennes pour la diminution du trafic et de la consommation de drogues en Europe.

Pendant le mois d’août, quand les plantes sont bonnes à être ramassées et pendant la cueillette et le séchage de ces dernières, une odeur d’herbe fraîche très forte se répand dans l’air et peut être sentie dans toute la montagne. Une odeur sans doute très intense.

Après la cueillette, on passe à la conservation et sélection. Avant cette étape, il est nécessaire un certain temps de séchage, comme on peut le voir sur la photo ci-dessus. Vers la mi-août, après la cueillette, l’odeur est très forte car les plantes sont en phase de séchage.

La Marijuana au Maroc est un problème sérieux puisque c’est le premier exportateur de cette herbe en Europe. Il y a beaucoup de trafic.